newsletter 4

NEWSLETTER 4

Last modified on 2018-07-11 18:42:11 GMT. 0 comments. Top.

Après les événements difficiles du 31 mars 2017, nous revenons sur les six derniers mois. Les mois d’octobre et de novembre se sont déroulés dans une routine saine et simple. Tamara a continué les traitements et continue d’approfondir sa relation avec les enfants qu’elle soigne. AmaNiños a participé à des anniversaires et a offert de petits cadeaux à ceux qui n’en avaient pas. Certains enfants n’ont pas la chance de pouvoir partager un gâteau.

Au mois de novembre, AmaNiños a eu la chance de recevoir Aïcha Grosjean et Nicolas Meylan durant un mois, tous deux physiothérapeutes qui ont fait leurs études en même temps que Tamara. Leur aide a été très précieuse. Aïcha est une personne très souriante et son expérience dans le domaine orthopédique a apporté de la nouveauté dans les thérapies. Nicolas nous a fait profiter de ses connaissances dans le domaine neurologique et fait preuve de beaucoup d’ingéniosité. Il a notamment créé un standing pour Sebastian, ce qui permet à ce dernier de pouvoir travailler sa force debout.

Pour clore l’année sur une belle touche, les trois physiothérapeutes ont organisé une journée à la piscine. Ce fut une occasion particulièrement spéciale car le Père-Noel a fait son apparition. Chaque enfant a reçu un présent unique et choisi pour lui. Nous avons organisés des donations d’habits ainsi qu’un loto. Les sourires sur les visages des enfants et leurs yeux remplis d’émerveillement ont rendu cette journée magique et inoubliable. Cette fois-ci, les enfants sont venus en grand nombre, et ce fut une belle réussite.

En décembre, Tamara est retournée comme chaque année en Suisse. Le 17 décembre, nous avons organisé le repas de soutien annuel d’AmaNinos à la salle du Mont-sur-Lausanne. Cette année, le groupe associatif Colombia Vive et l’école de danse Salsa y Dulzura ont fait de belles démonstrations de danses typiques et nous ont offert un magnifique spectacle. Ce fut une belle réussite : 150 personnes se sont rendues à cette soirée et l’ambiance était au beau fixe. AmaNiños remercie toutes les personnes qui ont travaillé à la mise en place de cet évènement. Nous avons également appris que notre fidèle donateur L’association Alpes nous soutien à nouveau très généreusement à hauteur de 9000. AmaNinos remercie l’Association Alpes du fond du coeur pour ce geste.
En ce qui concerne les statistiques, durant l’année 2016, AmaNiños a effectué 43 bilans et suivi 27 patients de manière hebdomadaire. Au total, 671 thérapies ont été offertes. Tout ceci est possible grâce à vous : merci !!!
Début janvier 2017, Tamara a présenté au Rotary Club Aubonne le projet AmaNiños, qui a décidé de soutenir le programme à hauteur de 10’000. AmaNiños remercie sincèrement le Rotary Club pour ce geste très généreux.

En février 2017, les thérapies ont repris. Tamara a été rejointe par deux nouvelles volontaires physiothérapeutes : Sylvia Göderle et Seraina Wick. Toutes les deux sont de jeunes diplômées, et leur volontariat fut un succès. Seraina est restée trois semaines et a apporté beaucoup de dynamisme à la vie de tous les jours.

Sylvia a fait un séjour de deux mois. Grâce à sa pratique douce et à son excellent contact avec les enfants, son travail a toujours été d’une qualité hors norme. Sa grande générosité et ses sourires ont été appréciés de tous.

Début mars, AmaNiños a accueilli Anaëlle Heymes, physiothérapeute elle aussi, pour un séjour de deux mois. Anaëlle est une personne vive et souriante, et elle a partagé sans retenue son savoir avec les enfants et Tamara. Les trois volontaires ont eu l’opportunité de pratiqué l’hydrothérapie avec un patient paraplégique.

AmaNiños a également organisé une sortie dans un salon de X-box pour quatre patients. Ils ont été ravis de sortir de leur routine et se sont défiés sur les différents jeux avec enthousiasme. Ce fut un très beau moment de partage.

Nous avons hélas du faire face à une situation difficile. La nuit 31 mars, une avalanche destructive traverse Mocoa suite aux pluies torentielles qui se sont abattues sur la région. Anaëlle a été d’un soutien hors du commun durant cette épreuve.

Les volontaires se sont réveillés le 1 avril pour découvrir les dégâts immenses qu’ont entrainé les avalanches de boue et la crue des rivières. Des quartiers entiers ont été emportés par la boue et ont laissé place à des pierres. Les routes sont remplies de boues et les habitants sont en panique. Les deux physiothérapeutes ont décidé d’aller donner un coup de main à l’hôpital. Elles ont aidé à laver les blessures des rescapés qui arrivaient en masse. La panique, la douleur et la tristesse est dans tous les regards. Plus tard dans la journée, elles sont allées distribuer à manger dans le premier refuge mis en place par les autorités. Plus de cent personnes n’ont rien eu à manger.

Les deux semaines suivantes, au milieu de la poussière, elles sont allées en moto distribuer des vivres, des habits et des produits d’hygiène dans différentes parties de la ville. L’électricité n’est revenue que douze jours plus tard. Autant dire que la communication était difficile. Un mois après cette catastrophe, l’accès à l’eau courante n’est toujours pas rétabli. Les volontaires livrent une course constante au camion-citerne qui vient la livrer. Les douches sont limitées et il faut laver les habits à la rivière.

AmaNiños a appris avec une grande tristesse le décès de Victor, qui était notre patient depuis 2015. Il n’a pas pu échapper à l’avalanche. Nous avons du attendre plus d’une semaine avant d’apprendre qu’ils avaient retrouvé son corps. Tous les membres de l’association le regrettent et lui souhaitent de reposer en paix.

Neuf familles sur vingt-cinq ont été touchées par l’avalanche : ils ont perdu leurs maisons, ont du déménager, et/ou ont perdu des proches. C’est un traumatisme auquel il est difficile de faire face, et il laisse une cicatrice qui restera à jamais dans le cœur des Mocoanais. Les conditions de travail sont donc plus complexes et les thérapeutes ont passé plus d’une semaine à retrouver tous les patients afin de rétablir un certain ordre dans le programme. Les enfants ont des séquelles et le font apparaître de diverses manières : fièvre, convulsions, pleures…

Nous gardons précieusement l’argent que nous avons reçu en vue des besoins à venir : il faudra reconstuire des maisons, les meubler, et peut-être créer une école ou un parc de sport dans le nouveau quartier. Afin d’utiliser l’argent de la manière la plus efficiente et plus utile, l’attente sera encore de quelques semaines voire mois.
AmaNiños tient à vous remercier du fond du coeur pour toute l’aide que vous nous avez apportée. Nous posterons régulièrement des nouvelles pour vous tenir au courant de la situation.

Merci de votre soutien inconditionnel et votre collaboration !